Photo Credit: Tom S. of www.thearoostookfstops.org

Disciplines du biathlon

Le biathlon compte cinq disciplines olympiques tant pour les hommes que pour les femmes. Le tableau suivant donne le détail de chaque compétition.

COMPÉTITION INDIVIDUELLE
La compétition individuelle est la discipline originale au biathlon. En règle générale, la piste consiste en une boucle d’entre trois et quatre kilomètres skiée à cinq reprises. Le concurrent doit exécuter quatre étapes de tir de cinq coups dans la séquence suivante : position couchée – position debout – position couchée – position debout. Le concurrent choisit sa propre voie de tir et tire sur des cibles à 50 mètres. Dans la compétition individuelle, le concurrent est pénalisé d’une minute pour chaque cible ratée. Les entraîneurs observent le premier tir en position couchée et donnent des conseils visuels aux athlètes sur la piste s’ils ratent la cible. Parce que la compétition compte des départs par intervalle, un athlète commençant aux 30 secondes, et parce qu’il y a une minute de pénalité pour chaque cible ratée, les entraîneurs s’efforcent de calculer la position de l’athlète et de lui faire part de cette information. Les meilleurs athlètes prennent entre 50 et 55 minutes.

COMPÉTITION DE SPRINT
Les concurrents dans cette compétition de sprint commencent en général aux 30 secondes. La première étape de tir compte cinq coups en position couchée qui, en règle générale, a lieu après entre 3 et 3,3 kilomètres de ski de fond. La deuxième étape de tir a lieu après environ 6,5 kilomètres alors qu’il y a tir de cinq coups en position debout. Contrairement à la compétition individuelle, pour chaque cible ratée, les concurrents doivent parcourir une boucle supplémentaire de 150 mètres qui prend environ 23 secondes. Le sprint est plus rapide et plus risqué parce que les biathlètes croient que la boucle de pénalité leur permettra de se rattraper. Mais le temps requis pour parcourir la boucle n’est qu’un élément de la pénalité : chaque mètre skié s’avère un fardeau pour l’athlète. Comme pour la compétition individuelle, les entraîneurs sont sur la piste et calculent la position des athlètes à cette compétition à départ par intervalles. La transmission de cette information s’appelle « giving splits » et permet de motiver les athlètes à se battre pour chaque seconde et à essayer de dépasser les athlètes qui ont déjà terminé. Les meilleurs athlètes prennent entre 22 et 24 minutes pour terminer la compétition.

COMPÉTITION DE RELAIS
Le relais est une des compétitions les plus passionnantes. Chaque équipe compte trois ou quatre biathlètes; chacun doit parcourir la piste à ski et tirer deux fois – d’abord en position couchée, puis en position debout. La compétition commence par un départ simultané impressionnant du premier concurrent de chaque équipe. Ils arrivent en général en masse au champ de tir pour la première étape, en position couchée, et où les concurrents tirent dans la voie correspondant à leur numéro de départ. Contrairement aux autres compétitions du biathlon, chaque biathlète compte huit coups pour cinq cibles. Les cinq premiers coups sont chargés de la façon normale – dans le chargeur. Si les cinq premiers coups atteignent tous la cible, l’athlète peut immédiatement se remettre à skier. Sinon, il doit charger les coups supplémentaires un à la fois jusqu’à ce que toutes les cibles aient été atteintes ou qu’il ne lui reste plus de coups. Il faut entre cinq et sept secondes pour charger et tirer chaque coup supplémentaire – il s’agit donc d’une pénalité partielle. Certains des tirs les plus rapides se produisent dans le relais puisque les athlètes savent qu’ils disposent de coups supplémentaires si jamais ils rataient la cible. Ces duels tête à tête sur le champ de tir et le parcours font du relais un des événements préférés des spectateurs. Dans la zone de passage des relais, le prochain membre part au toucher de son coéquipier. Les meilleures équipes terminent dans environ une heure, vingt minutes.

COMPÉTITION DE POURSUITE
Les temps de départ de la poursuite sont fonction des temps d’arrivée de la compétition précédente. Il n’y a que 60 athlètes qui commencent en règle générale en un intervalle de moins de cinq minutes. Le premier arrivé part le premier, puis le reste des concurrents partent dans l’ordre d’arrivée dans le cadre de la compétition précédente. Les athlètes et les spectateurs connaissent le classement à tout moment puisque le premier athlète est en tête de peloton. Chose à noter : l’athlète qui est parti le premier gagne rarement à cause de la pression et d’imprévus. Les athlètes doivent prendre la position de tir dans l’ordre qu’ils atteignent le champ de tir – c.-à-d. la position de tir no 1 revient au premier athlète à arriver (la plus à droite du champ de tir), la position de tir no 2 revient au deuxième athlète à arriver et ainsi de suite. Les athlètes tirent en position couchée – en position couchée – en position debout – en position debout et les entraîneurs observent très attentivement le premier tir en position couchée pour pouvoir offrir des corrections visuelles aux athlètes avant la deuxième étape de tir en position couchée, au besoin. Pour chaque coup raté, l’athlète doit skier la boucle de pénalité de 150 mètres – regardant souvent en arrière pour constater combien d’athlètes le dépassent. Rempli de batailles à deux, de stratégies sur le parcours et de photos d’arrivée, cette compétition est une des préférées tant des athlètes que des spectateurs.

COMPÉTITION DÉPART EN MASSE

Grâce à un départ simultané de la part de tous les concurrents, le départ en masse offre émotion et suspense ultimes, tant pour les spectateurs que pour les athlètes. Le format est semblable à celui de la poursuite, sauf que le parcours est un peu plus long et que, bien sûr, tous les athlètes commencent en même temps. Seuls les 30 meilleurs athlètes du classement global de la coupe du monde peuvent participer; cet événement a fait ses débuts aux Olympiques de 2006.

BIATHLON D’ÉTÉ
La combinaison de course à pied et d’adresse au tir a évolué à partir de la version Olympiques d’hiver du ski de fond et de l’adresse au tir. De par le passé, presque tous les biathlètes d’été étaient adeptes de la version d’hiver qui cherchaient à rester en forme le reste de l’année. Ce n’est plus le cas. Des gens, quels que soient leur taille ou leur âge, qui ne s’intéressent pas au ski participent au biathlon d’été. Grâce à des événements au Nouveau-Mexique, en Géorgie et en Californie, il est clair que le biathlon d’été n’est pas seulement pour les skieurs. Un nouveau sport est né.

Dans le cas du biathlon d’été, la distance du parcours standard est de 5 kilomètres. Les fusils sont de calibre .22 et la distance de tir standard est de 50 mètres. Les courses du biathlon d’été utilisent le même format que le sport olympique d’hiver, sauf que la course à pied remplace le ski de fond.

Les concurrents, qui déferlent par vague de deux ou de trois par minute, commencent en courant une boucle qui les amène au champ de tir. Ils se couchent, prennent leur fusil et tirent cinq coups sur des cibles à renverser en métal, puis ils marchent jusqu’au bout du champ de tir et ils continuent à courir. Ils courent une autre boucle et reviennent sur le champ de tir. Cette fois-ci, c’est cinq coups en position debout. La course se termine par un sprint jusqu’à la ligne d’arrivée. Le pointage est fonction du temps qu’il a fallu au concurrent, y compris le nombre de boucles de pénalité pour chaque coup raté.

(Contenu gracieuseté de l’USBA, United States Biathlon Association)

(Photo gracieuseté de www.thearoostookfstops.org)